conseils achats ressources allaitement

Allaitement : conseils, achats & ressources utiles pour bien démarrer

Lors de la naissance de mon premier fils, Tom, mon allaitement ne s’est pas tout à fait passé comme prévu. J’avais pourtant tenté de bien me renseigner en amont, de participer aux réunions dédiées à ma maternité… Mais en réalité, je n’étais pas super motivée, et l’arrêt de l’allaitement au bout de 3 semaines a été un véritable soulagement ! A force de réflexions personnelles, lectures et découvertes, je me suis dit que j’allais mieux me préparer pour mon deuxième enfant.

Et heureusement que je me suis préparée, car ce second allaitement a également été compliqué à mettre en place : un bébé qui a du mal à prendre du poids, un frein de langue restrictif qu’il a fallu couper, un RGO couplé à une allergie aux protéines de lait de vache, une succion peu efficace qu’il a fallu rééduquer, des semaines de complément au DAL pour compenser… Bref, heureusement que je m’étais bien renseignée et entourée dès la naissance !

J’avais mis toutes les chances de mon côté pour réussir, et je partage avec vous les conseils, achats et ressources qui m’ont été utiles pour bien démarrer mon allaitement.


Allaiter, un acte naturel mais pas si évident que ça !

Lorsque l’on est enceinte, une question revient souvent : allaitement ou biberon ? Cette question anodine peut s’avérer être source de pression pour la future maman. Alors oui, on le sait, le lait maternel est et sera toujours la meilleure alimentation pour un bébé. Cependant, donner le biberon ne fera jamais de vous une mauvaise mère ! Le principal, c’est de faire son choix de manière éclairée. Le meilleur choix sera celui que vous ferez le coeur léger. Si vous avez opté pour l’allaitement, le mieux est de s’y préparer à l’avance ! Même si cet acte est naturel et semble anodin, plusieurs petites embûches peuvent s’en mêler et rendre le parcours difficile.


Bien se renseigner en amont

Ca y est, vous êtes enceinte et avez décidé d’allaiter ? Alors pour être bien prête le jour J, le mieux, c’est de bien s’y préparer ! Pour ma part, j’ai participé à des réunions d’informations ; vous pouvez parfois en trouver dans certaines maternités mais aussi animées par des spécialistes de l’allaitement. Sur le site Leche League, vous pouvez trouver la carte de France avec tous les lieux et dates de réunions. Ca permet d’échanger avec d’autres mamans (enceintes ou allaitantes) et une animatrice formée à l’allaitement, d’avoir des informations précieuses et une mise à disposition d’ouvrages dédiés.

Vous pouvez également prévoir une séance prénatale avec une consultante en lactation IBCLC, qui sont les professionnelles de santé les mieux formées en matière d’allaitement (plus que les pédiatres ou sage-femmes, pour lesquels une spécialisation est nécessaire). Elles sauront vous guider, vous renseigner et répondre à vos questions.


Le matériel de base

Bon, concrètement, pour allaiter, on n’est pas censées avoir besoin de grand-chose à part ses seins ! C’est un des grands avantages de l’allaitement : c’est économique et pratique, on peut sortir n’importe où et n’importe quand, tout est à disposition et à bonne température !

Cependant, on peut s’équiper pour tenter d’éviter au maximum les désagréments de l’allaitement, pouvant vite devenir inconfortables (crevasses, engorgements…). Moi, j’avais carrément pris la totale dès la maternité :

  • Des coquillages d’allaitement, à placer dans votre soutien-gorge entre les tétées, permettent d’éviter et soulager les irritations crevasses car ils favorisent la cicatrisation en milieu humide ; on peut les trouver chez Baby Shell ou Bébé Nacre par exemple,
  • Une crème anti-crevasses, j’ai choisi celle de Lansinoh qui est réputée comme l’une des plus efficaces – sinon, une compresse de lait maternel fait aussi l’affaire,
  • Un coussin d’allaitement, afin de vous positionner le plus confortablement possible (un coussin de grossesse peut parfaitement s’y substituer),
  • Des coussinets d’allaitement, jetables ou lavables, afin d’éviter les pertes de lait dans vos sous-vêtements,
  • Un tire-lait, manuel pour un usage ponctuel (soulager un engorgement, favoriser la lactation…), ou électrique pour un usage régulier (stockage du lait, tire-allaitement…),
  • Des tisanes d’allaitement pour favoriser la production de lait, encore une fois comme celles de Weleda,
  • Une huile d’allaitement comme celle de Weleda pour préparer la poitrine à l’allaitement,
  • Des vêtements et sous-vêtements adaptés,
  • Des vitamines : j’ai continué de prendre la cure Gestarelle mais on peut aussi prendre la cure vitalité de Joone, faite en France avec des ingrédients naturels et compatible avec l’allaitement.

J’avais également fait le plein de snacks sains (il y en a chez Jolly Mama, mais des fruits secs font très bien l’affaire) histoire d’essayer de récupérer mon énergie dès la maternité.

quoi acheter allaitement

Les ressources pour partir du bon pied et être entourée

Il existe des centaines d’ouvrages sur l’allaitement, mais s’il ne devait y en avoir qu’un, je vous conseillerais le Manuel très illustré d’allaitement. Ce livre est extrêmement complet, aborde tous les aspects et sujets liés à l’allaitement, sans aucun jugement ni extrémisme. Il y a beaucoup d’illustrations qui s’avèrent super utiles. A lire dès la grossesse !

De la même façon, il existe des groupes Facebook de soutien et d’entraide, par exemple l’allaitement tout un art, ou encore par régions (chez moi : allaitement en provence, géré par Céline Guerrand, IBCLC).

Aussi, sur instagram, il y a des comptes d’information et soutien à l’allaitement, qui vous guident en MP, comme par exemple Camille LoloHelpeuse ou Apasdemoa (qui a aussi une chaîne YouTube).

J’ai découvert, lors d’un événement de Mère Nature Speaking, le site et l’application Vanilla Milk, qui permet d’avoir accès à un réseau de soutien autour de nous : mamans allaitantes, professionnels de santé, lieux allaitement-friendly, associations, lactariums… Bref, à avoir sous le coude ! On y retrouve aussi plein de bons conseils.


Vers qui se tourner ?

Encore une fois, je vous conseille le site de la Leche League pour trouver des infos et ressources. Si vous avez des questionnements, besoin d’aide dans votre allaitement, oubliez votre entourage médical habituel souvent mal ou peu formé à l’allaitement (oui, même les sage-femmes…!) et tournez-vous vers une consultante en lactation IBCLC. Ce titre vous garantit que cette professionnelle est la plus compétente en matière d’allaitement, et saura vous accompagner quelle que soit votre problématique : douleurs, pleurs, faible prise de poids, reprise du travail, diversification, sevrage total ou partiel… Sans ma consultante en lactation, vu que mon bébé ne prenait pas de poids, j’aurais été contrainte d’arrêter mon allaitement. Elle seule m’a donné des conseils et détecté des problèmes qu’aucun autre professionnel de santé n’a été capable d’identifier.

Un autre sujet peu abordé mais qui a toute son importance : les freins restrictifs. Si le frein de langue ou de lèvre de votre bébé est trop court, il se peut qu’il l’empêche d’avoir une succion efficace. Dans ce cas, il faut avoir un examen de succion approfondi par un spécialiste avant d’envisager une freinotomie. Encore une bonne raison de consulter une IBCLC ! C’est d’ailleurs ce à quoi on a du avoir recours. Vous pouvez trouver sur le groupe Facebook dédié les professionnels proches de vous formés aux freins restrictifs.

Enfin, entourez-vous de personnes à l’écoute, mais n’écoutez pas tous les conseils que vous allez recevoir. Votre grande-tante va vous conseiller d’arrêter d’allaiter pour que votre bébé fasse ses nuits, tandis que votre cousine vous dira que si vous n’allaitez pas exclusivement jusqu’à 3 ans, ça ne sert à rien… Bref, trouvez VOTRE juste milieu. Et surtout, le principal : ayez confiance en vous et votre bébé, et tout va marcher !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *